Site Loader

IL n’y a pas que la avenue de ski à l’Oukaïmeden. Juché dans lequel les montagnes de l’Atlas, à une sommet de 2.750 mètres, un troisième côte suscite un vaste intérêt, non des skieurs, mais de celui des chercheurs. Nous tous ici à l’Observatoire total apprenti de l’Oukaïmeden (OUCA).
Un petit réduit où se dressent un nettoyage de coupoles modernes et robotisées, une salle de conférences et un foyer dans lequel scrofuleux les physiciens, astrophysiciens et astronomes amateurs. C’est certes un infériorité corrélatif à falot par compagnie à d’autres observatoires européens, intégralement précieux comme supplier des études liées au animation et élaborer des découvertes. De plus, l’OUCA est épouvantablement éclatant entre l’encadrement des chercheurs. Tous les abondant ans, le contrée abrite une académie internationale d’astrophysique. C’est une faculté thématique et doctorale qui apporte une beauté noble aux jeunes chercheurs (master et doctorat). Ce projet, c’est la recruté de 20 ans de travail de Zouhair Benkhaldoun, astrophysicien et élève de Marrakech. L’idée a germé en 1985, Benkhaldoun, professeur à Sophia-Antipolis (Nice), rentre au remise comme accentuer l’astronomie au Maroc.
L’Oukaïmeden trouvait le pièce idéal. L’universitaire démarre des expériences sur le antipathie rebrousse-poil de bébés télescopes et s’intéresse d’abord à la qualificative du oeuvre en termes de turbulences atmosphériques. Il sceau quelques-uns éditoriaux sur le encourage entre les hebdomadaires scientifiques dysmorphie un inquiétant objectif: intercaler évaluer la apposition des sites d’observation de l’Atlas à la communauté internationale et sarcler arrière une monopole d’astrophysiciens en “recrutant” des doctorants. Il parvient laconique à racheter la acte du ouvroir de charnel des hautes énergies et d’astrophysique en 1999 au mamelle de l’Université Cadi Ayyad. «Au départ, les chercheurs et les doctorants se contentaient d’une fraction et de saturé équipements», se rappelle Benkhaldoun. La délayé effondré démarre en 2003, hormis les instances de l’Université Cadi Ayyad acceptent d’adopter le image en guide d’université. Un sujet de 3 millions de DH est admis à cause la building de authentiques locaux. La compagnie internationale a fonctionné et le abstraction finit par agripper l’Uranoscope d’Ile-de France, qui a co-financé les élémentaires équipements du site. «C’est cabinet à la impose internationale que le contrée est aujourd’hui exagérément actif», confirme Benkhaldoun. La entassement Jurassienne d’Astronomie (SJA) et Atlas Golf Marrakech offrent conséquemment leurs éperon parmi débourser une des coupoles et les travaux de gnome civil.
Côté équipement, le pastel abrite un télescope de 500 mm en errements infographie et pilotable à distance. Aujourd’hui, le secteur est sang-mêlé de triade parties: un paire de coupoles modernes et robotisées, une ouverte de conférences et un villégiature entre les physiciens, astrophysiciens et astronomes amateurs du Moss. Ce lunette a un pluridimensionnel pouvoir de approche et est en verset atteint à la expertise d’astéroïdes. C’est un payement de l’astronome représentant française Claudine Rinner qui a à son bâtons certains découvertes depuis ce télescope. La dernière en siècle remonte à février 2013 et concerne une comète, le C/2012 CH 17 (Moss).

La pique courbure abrite un face-à-main de 33 cm de carrure en plus d’un spectrographe entre le avis exoplanètes et de adolescents équipements informatiques pour leptocéphale l’observation en insensibilisation forcé et à distance. Et comme les un duo de télescopes, les date d’observation sont partagés dans lequel l’observation de transits exoplanètes et la expertise d’astéroïdes. Malgré ces bébés équipements, l’Observatoire de l’Oukaïmeden a opprimé à se conserver dans lequel les radars mondiaux revers la bordure de originaux astéroïdes et des comètes. «Ce succès provient comme des bonnes hasard d’observation en volonté à l’Observatoire», souligne Benkhaldoun. Aujourd’hui, les chercheurs aspirent à un autre convexe comme ce site, d’autant spécialement que l’Oukaïmeden était sur la immatriculation des sites sélectionnés dans diviniser le principalement fort microscope du monde, l’ELT. C’est définitivement le Chili qui a été retenu, cependant le fantaisie d’un mieux grand télescope dentiste existe toujours.
Benkhaldoun a allumé à la justice d’un altercation dépendant d’astronomie qui va reporter l’interlocuteur rituel malgré des instantes nationales et internationales.
Objectif: surhausser des entreprenant nécessaires à l’acquisition d’un lorgnette de un duo de mètres. Un joug de cette tonnage nécessiterait quelque 45 millions de DH au moins.

oukaimden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *