Site Loader

Au maroc dans le haut atlas occidental
au coeur du parc national du toubkal
existe une pratique traditionnelle qui a
traversé le temps et les générations
l’agdal , l’agdal signifie fermé en
berbère à l’oukaïmeden cette tradition
est toujours pratiqué la bouteille
signifie à l’espace dans l’accès est
réglementé pour justement préserver une
ressource pour les acheter exclusive
d’une certaine population bie
déterminée et donc on délimite l’espace
qui va être justement fermé pendant une
partie de l’année pour justement
permettre la reconstitution de la
ressource
ils permettent aussi l’axé pour tout le
monde en même temps il n’est pas de
conflit d’un point de vue
biologique
la date d’ouverture de l’agdal coïncide
avec l’achèvement des cycles de
développement des espèces végétales
même les plus tardives comme les
poissons et les fab assez bien commun
des deux tribus reghaïa eurika les
ayants droit de l’agdal de l’oukaimeden
sont répartis sur 50 villages à l’instar
de l’ensemble des actes d’al de l’atlas
marocain
le religieux et le sacré sont au
fondement du fonctionnement de l’agdal
de l’oukaimeden on parle de l’agdal de
el sidi farès l’agdal l’oukaimeden et
mise en défens est interdite en
référence à la menace de la malédiction
du sein locale s’est dit farès s’est dit
farès donne une forme ritualisé à
l’accès aux pâturages assurant ainsi le
respect des règles coutumières par la
communauté
celle-ci se reproduit avec cette règle
est la perpétuent sans autre explication
que les mythes et la religion qui
renforce sa légitimité
la fleur des pelouse
de par ses valeurs pour agir et
nutritive importante a une signification
culturelle très élevé pour les pasteurs
elle est utilisée pour fixer les dates
d’ouverture et de fermeture de l’agdal
l’agdal de l’oukaimeden abrite également
des ouvrages d’architecturé originaux
les azib ce véritable village de
transhumance chaque sous groupes
ethniques à son asile qui sert
d’habitation temporaire pour les
transhumants et leur bétail
impressionnant
paysage pastoral située à environ 80 km
de la ville de marrakech le calme eden
est un véritable réservoir de la
biodiversité grâce à la présence de
pause in pelouse humide et haute
altitude l’agdal se distingue par une
richesse floristique de plus de 180 18
espèces dans notre atlas la biodiversité
c’est parmi les les éléments les plus
importants
si vous avez des ressources qui sont
très convoités par l’aide à la
population locale que ce soit en tongs
arbres pour les besoins
le bois de feu de construction que ce
soit qu’on plante essentiellement
utilisé comme fourrage pour les animaux
l’agdal de
l’oukaimeden la biodiversité qu’il
recèle sont véritablement menacé le
relâchement de la discipline collective
des croyances et rituels religieux le
changement des modes de vie des
transhumants et le manque de transfert
entre générations
figurent parmi les menaces principales à
cela s’ajoute la pression des
changements climatiques du tourisme de
masse et du foncier de l’agdal très
convoité par les investisseurs étrangers
maintenant on a des
générations de jeunes qui ne croient
plus à ces pratiques pourquoi ils
croient plus à cette pratique parce
qu’ils sont basés sur le parcours et le
métier de berger par exemple c’est un
métier qui demande beaucoup d’efforts il
faut être là toute l’année et les jeunes
ils veulent un travail rapide où ils
gagnent plus
ce qui fait tout le système qui était
bâti justement sur ces structures
sociales où l’activité principale
c’était c’était le l’élevage maintenant
on se retrouve avec des systèmes de
production l’élevage perd de
l’importance par rapport à l’agriculture
intensive par pau travail par pour
secteur tertiaire
quand on
voit l’oukaimden qui me donne bien sûr il ya
l’activité de du ski qui ne menace pas
directement l’agdal mais la sur
fréquentation pendant la période de
préservation et ça ça pose un problème
donc c’est des aspects qu’on peut dire
environnementaux ces dysfonctionnements
des mutations environnementale qui
tentent justement à réduire l’importance
de l’agdal et c’est la population se
retire la pérennité de ces espaces de
cette forme de gestion / disparaît
maintenir la pratique de l’agdal et tout
l’enjeu du projet de soutien à la
reconnaissance et à la préservation de
l’air de patrimoine communautaire de
l’agdal de l’oukaimeden revitaliser les
instances et les règles coutumières
igoramn faciliter le transfert
intergénérationnel améliorer l’auto
conscience des transhumants et soutenir
les moyens de subsistance constituent
les objectifs clés du projet géré par
les éleveurs d’une façon collective
l’agdal garantit la pérennité de la
ressource et se présente comme un foyer
de biodiversité parmi les mieux
conservées
il constitue à ce titre une véritable
aire protégée communautaire à valoriser
et à reconnaître

oukaimden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *